De nombreuses situations douloureuses ou traumatisantes poussent certaines personnes vers le déni. Cela est plus courant qu’il n’y paraît et n’importe qui peut être touché.

Un problème courant

Cette situation se manifeste par une incapacité à faire face à la réalité. Les cas sont nombreux et variés. Mais en général, les gens refusent la réalité, car elle est insupportable. Ainsi, elle est transformée pour rendre les choses plus acceptables et moins douloureuses. Il s’agit en quelque sorte d’un mécanisme de protection. Et la plupart du temps la personne est inconsciente de son état. Cela peut survenir à la suite d’un traumatisme, d’une maladie, d’une rupture ou d’un décès. Dans les sept étapes du deuil par exemple, le choc et la non-acceptation se manifestent en premier. Mais par la suite, en passant par toutes les autres étapes, la personne finit par accepter et aller de l’avant. Mais cela peut également apparaître dans la vie de tous les jours. Il y a l’exemple de ceux qui s’obstinent dans une direction alors qu’ils savent que cela ne va pas marcher. Pour reconnaître un individu qui se trouve dans cet état, il suffit de faire attention aux signes. Tout d’abord, il pense souvent que les autres personnes se trompent sur la situation alors que les faits disent le contraire. Entre temps, il pense que les choses vont s’arranger et qu’il n’y a aucun problème. Enfin, il ne prend pas en compte toutes les données et les informations présentées.

Sortir du deni : comment faire ?

La non-acceptation peut paraître confortable mais cela a des conséquences négatives. Cela empêche par exemple de prendre les bonnes décisions. Alors il est essentiel de sortir du déni. Mais pour cela, il faut du temps. Avec le temps, la douleur est moins grande et l’individu peut y faire face plus facilement. Le plus important est qu’il faut éviter d’obliger le proche à encaisser le choc à tout prix. En effet, le forcer à affronter la douleur alors qu’il n’est pas prêt peut engendrer de graves conséquences. Une dépression peut survenir par la suite ou une angoisse incontrôlée. En plus, la personne ne le fait pas exprès étant donné qu’il s’agit d’un mécanisme automatique. Elle n’a même pas conscience de ce qui se passe vraiment. La meilleure solution réside dans l’acceptation progressive des faits. Dans ce cadre, de petites discussions sur le sujet peuvent aider. Et le soutien de la famille et des proches restent très importants. Au fil du temps, la victime fera face à ses blessures et pourra finalement aller de l’avant. Enfin, des exercices de respiration peuvent également aider. Tous les exercices qui permettent d’avoir un peu d’apaisement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *