Des pensées négatives ? Pas pour moi !

Plusieurs chercheurs et psychologues des grandes universités ont découvert les conséquences des harcèlements scolaires sur la psychologie des élevés. En effet, ils affirment qu’il existe bel et bien un lien entre ces harcèlements et les effets négatifs sur la santéà long terme de la victime. D’après ces chercheurs ce dernier pourrait développer des démencesvoiremême plusieurs troubles mentaux à l’âge adulte.

Les résultats des rapports

Le harcèlement est un vrai fléau qui a existé depuis des lustres. La victime est humiliée, moquée,agressée physiquement ou moralement et s’isole en classe. Le fait d’aller en cours représente alors pour certains un véritable cauchemar et un lieu où leurs camardes leur font vivre un enfer. C’est dans ce cadre que les chercheurs ont établi un rapport confidentiel et a découvert que plus de 7000 adolescents entre 14 à 16 ans ont subi ce genre d’harcèlements de manièrefréquente et avec des cas assez variés. Les exemples racontés comprennent des injures, le rejet, la violence physique ou morale et parfois même sexuelle. Ces cas ont été rapportés par des élevés ou bien des parents. Il arrive parfois que les harcèlements ne s’arrêtent pas au niveau des écoles et lycées mais parviennent jusqu’à l’université où des jeunes adultes entre 21 et 25 font face àcette expérience désagréable. Les chercheurs sont donc arrivés à la conclusion que ces intimidations sont sources de l’abaissement des résultats scolaires et de l’augmentation du nombre d’adolescent qui arrêtent l’école. En ce qui concerne les jeunes adultes, ils ont 30% chance de finir chômeur à 25 ans c’est pourquoi il faut consulter rapidement un psychologue à Anderlecht.

Les troubles mentaux

L’intimidation n’a pas que des répercussions sur les résultats scolaires de l’élève mais peut entrainer une faible estime de soi, des problèmes de santé mais surtout un déséquilibre mental. De plus chercheurs sont arrivésà la conclusion que les conséquences les plus troublantes de l’harcèlements scolaire est la maladie mentale. Il ressort du rapport qu’une personne ayant été victime de bizutage a de forte de chance de développer des problèmes de santé mentaux. L’isolement est le cas le plus fréquent qui a été observé. De ce fait, la victime a des difficultésà s’exprimer, à s’intégrer au niveau de la société ou encore à s’adapter et encore moins à faire confiance à autrui. Le lien entre harcèlements et troubles mentaux grave est assez majeur. Il a été constaté que c’est la principale cause des dépressions, des automutilations, de l’augmentation des suicides et des comportements psychotiques.

Les mesures prises

Face à l’augmentation des taux de suicide et des démences liées aux harcèlements scolaires, la législationFrançais a promulgué une loi catégorisant le bizutage comme un actedélictuel. C’est dans ce cadre que tout fonctionnaire ou instituteur ayant ététémoin de ce phénomène a l’obligation d’aviser le procureur de la république en vue d’engager les responsabilités pénales des coupables. Ainsi, les peines encourues pour le bizutage sont de six mois d’emprisonnement avec une amande de 7500€. La loi prévoit des circonstances aggravantes si la victime s’avèreêtre une personne vulnérable psychologiquement. C’est dans ce cadre que le responsable sera condamné à 1 an d’emprisonnement avec une amande de 15000€. Ces lois ont étéétabli de façon àprotéger les adolescents et à les aider à construire un meilleur avenir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *